La Commission Consultative de la Région Académique de la Formation Continue des Adultes (CCRA-FCA) s’est tenue le 8 juillet en visio. Les 5 représentants des FSU des académies de Grenoble, Lyon et Clermont sont intervenus sur la fusion des Greta Drôme et Ardèche, sur les conséquences pour les personnels en termes de mobilité, de maintien des postes et des contrats, sur une convergence par le haut des salaires…

Extraits de la déclaration FSU :

“Nous voulons réaffirmer ce jour notre opposition à la fusion des 8 GRETA de Clermont et des 3 de Haute Savoie ou encore des 2 Greta de Drôme-Ardèche. La mission de service public nous semble être perdue de vue. Comme le rectorat l’avoue lui-même, le véritable objectif de ces fusions est d’avoir une assise financière suffisante permettant “d’optimiser leurs actions”.

… Dans le contexte actuel libéral voire ultra-libéral de la formation continue des adultes, les Greta poursuivent ou tentent de poursuivre leur mission de service public  au sein de l’Education Nationale, au bénéfice des demandeurs d’emploi et des salariés, et maintenant des apprentis – en concurrence regrettable avec les UFA/CFA EN et les CFA privés.

…La FSU affirme son attachement au principe d’un service public de la formation des adultes et l’appartenance pleine et entière des personnels des GRETA au Ministère de l’Education Nationale…”

Compte rendu :

Sur le projet d’arrêté modificatif portant modification de l’arrêté rectoral fixant la carte du réseau des GRETA et la liste de leurs établissements supports (création du GRETA Ardèche-Drôme), La FSU est intervenue à plusieurs reprises pour souligner le manque d’information et la mise devant le fait accompli des personnels, l’inquiétude que cela génère, et la précipitation dans laquelle tout cela est conduit, DRAFPIC, DRAFPIC adjoint, Recteur de Lyon et rectrice de Grenoble, tous se sont voulus très rassurants quant à leur intention, leur volonté de transparence dans le dialogue social et leur vigilance sur les situations RH particulières. La réalité qui remonte du terrain est tout autre que la présentation extrêmement positive que l’administration en fait. Les employés des GRETA ont besoin de garanties collectives sur les conditions des nouveaux contrats, que ce soit en terme de reprise d’ancienneté, de périmètre géographique de déplacement, de temps de travail et notamment la prise en compte des temps de déplacements, d’indemnitaire sur les déplacements, les frais de repas, …

Vote sur la fusion des GRETA de Drôme-Ardèche : Les 10 représentants de l’administration ont voté pour. Les 5 représentants FSU des personnels ont voté contre. Le représentant de la CFDT s’est abstenu. Les représentants UNSA des personnels ont voté 2 voix pour, 1 abstention.